Facebook

Orthophoniste

L'orthophoniste, professionnel de la santé, qui ne peut intervenir que sur prescription médicale, est spécialisé dans la correction des troubles de la parole et du langage, en particulier chez les enfants. La profession est jeune et très féminisée.

Retard du langage, dyslexie, bégaiement, zozotement, mais aussi difficultés d'écriture ou de calcul sont autant de situations qui intéressent l'orthophoniste.

L'orthophoniste prévient, évalue et traite les déficiences et les troubles de la communication orale et écrite, ainsi que les troubles qui y sont associés. Pour cela, il fait appel au jeu ou à des exercices adaptés à chaque patient. Il procède à des actes de dépistage et à des bilans, en intégrant toujours à son travail la dimension psychologique, sociale, économique et culturelle des patients.

Une grande majorité des patients sont des enfants en âge scolaire présentant des troubles du langage oral et/ou écrit, ou atteints de surdité plus ou moins prononcée. Cependant, les adultes peuvent aussi être amenés à consulter, notamment en cas de traumatisme accidentel ou à la suite d'une intervention chirurgicale.

Les orthophonistes peuvent travailler avec d'autres professionnels du secteur médical et paramédical (masseurs-kinésithérapeutes, orthoptistes, infirmiers...) au sein de structures variées : PMI (centres de protection maternelle et infantile), crèches, haltes-garderies, services hospitaliers, centre médico-psychologiques...

80 % des orthophonistes travaillent exclusivement à titre libéral. Les autres exercent en tant que salariés (dans le public ou le privé) ou en statut mixte.

 

FORMATION

Pour devenir orthophoniste, il faut être titulaire du certificat de capacité d'orthophoniste (CCO), qui se prépare en 4 ans dans l'un des 17 centres de formation dépendant des UFR de médecine. Au programme : anatomie, physique acoustique, phonation, linguistique et psychologie.

La sélection, sur concours, est très rigoureuse : de 5 à 10 % de reçus seulement ! Pour se présenter au concours, il faut être titulaire du baccalauréat toutes séries ou d'un diplôme admis en équivalence.

Avant de se présenter au concours d'entrée, la plupart des candidats suivent une préparation. Les modalités du concours peuvent être différentes d'une académie à l'autre.